Trois Plans d’actions sectoriels territorialisés pour appuyer l’opérationnalisation des réformes de la formation en Mauritanie

Khalil Bahloul, expert de l'IIEP-Pôle de Dakar PEFOP au cours du lancement du PASET agro-silvo-pastoral à Kaedi -– 10 nov 2016
Khalil Bahloul, expert de l'IIEP-Pôle de Dakar PEFOP au cours du lancement du PASET agro-silvo-pastoral à Kaedi -– 10 nov 2016

Partant des résultats validés du diagnostic des freins, les acteurs de la formation professionnelle (publics et privés) mauritaniens, avec l’appui des experts du Pôle de Dakar de l’IIPE, ont identifié les actions à mettre en œuvre pour avancer dans l’opérationnalisation des réformes de leur dispositif de formation.

Pour se faire les acteurs ont procédé, tout d’abord, à une structuration de ce programme qui soit en cohérence avec les grandes orientations économiques du pays et qui permettrai une priorisation raisonnée des freins à retenir pour la levée. Plusieurs options de structuration possibles ont été étudiées afin de choisir parmi lesquelles la plus pertinente pour engager plus tard les actions requises. Il s’est avéré pertinent, pour les acteurs mauritaniens de structurer le Procor en différents plans d’actions spécifiques, croisant un secteur économique et la/les zone(s) géographique(s) de concentration des projets et programmes de ce secteur : ce sont les Plans d’actions sectoriels territorialisés (PASET).

Ensuite, en se basant sur la cartographie des projets et programmes prévus, les priorités nationales en matière de développement de la formation professionnelle et les secteurs les plus porteurs en termes d’insertion des jeunes, trois secteurs économiques ont été retenus --les BTP, la Pêche et l’Agro-pastoral -- et croisés à trois zones géographiques respectives, à savoir Nouakchott, Nouadhibou et la vallée du fleuve.

Deux ateliers participatifs ont été nécessaires,  entrecoupé par un travail complémentaire de vérification de la cohérence et affinement des actions proposées effectué par l’équipe du Pôle de Dakar/Pefop, pour identifier les freins prioritaires et les actions/activités jugées nécessaires pour la levée de chaque frein, puis restituer et  valider les plans d’actions (PASET) qui en découlent.

Les grandes lignes de ces plans d’actions se résument dans :

  • La définition et le partage d’une vision commune du Partenariat Public Privée entre acteurs de la formation professionnelle
  • Le renforcement des capacités des acteurs publics et privées concernés par l’identification des besoins du marché du travail pour une meilleure définition de l’offre de formation
  • L’élaboration des outils et support qui permettraient d’impliquer les professionnels des secteurs dans le processus de certification
  • Le développement d’un dispositif de validation des acquis de l’expérience.

Les PASETs ont été lancés dans leurs régions respectives en novembre 2016. Les journées de lancement ont permis de partager leur contenu avec un large spectre d’acteurs des régions concernées. Une cinquantaine d’acteurs a été rencontré, appartenant aux structures de formation, aux organisations professionnelles, aux entreprises et unités de chacun de 3 secteurs économiques concernés dans un but de favoriser l’appropriation du PASET au niveau régional. Bien qu’un effort important reste à déployer lors de la mise en œuvre des PASET, les journées de lancement ont bénéficié de l’implication remarquable de l’Académie navale et de la Fédération nationale pour le secteur de la Pêche, l’Ecole nationale de formation et de vulgarisation agricole et les fédérations pour le secteur agropastoral, ainsi que le Patronat mauritanien et la fédération des services pour le BTP.

Le programme qui démarre ainsi vise à impliquer d’avantage les professionnels des secteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de formation ainsi que dans le pilotage des dispositifs de formation pour une meilleure adéquation offre de formation- besoins du secteur économique en compétence.